Pau-Monaco : quand tu fais la peau de Pau pour remplir ton pot de confiance

La victoire à Châlons a remis la machine monégasque dans le droit chemin. Mais avoir la peau de Pau, chez eux, comme ça, d’un coup de cuillère à pot, c’est vraiment très très bon pour la confiance. Certes, cet Élan-là n’est pas la meilleure équipe du championnat, c’est même une équipe dans le dur qu’il était bon à prendre afin de se donner de l’élan pour la suite du programme qui s’annonce des plus chargés. Mais la Roca Team a fait le job, avec un quart temps au plus que parfait, et un match où le collectif est en net progrès.

Le Live-tweet du match

Le résumé du match

Pour ce déplacement chez un des clubs légendaires de feu la ProA, la Roca Team se présente dans une composition extrêmement classique, c’est quasiment la même depuis presque un mois : Dee Bost, Anthony Clemmons, Paul Lacombe, Kim Tillie et Éric Buckner. Paul Lacombe se met de suite en évidence avec un drive incisif pour marquer le premier panier du match, mais c’est Kim Tillie qui est chaud patate. Déjà 3 rebonds pour lui, dont 2 offensifs, et 3 missiles depuis la mairie d’Orthez, et Monaco fait déjà un petit écart ! (2-13) Paul Lacombe en remet une couche avec un « and-one » des familles, et alors que le stagiaire d’RMC sport tente de nous faire croire le contraire (188-18 affiché sur la télé), c’est bien la Roca Team qui fait un départ parfait (2-21). L’adresse monégasque est d’une insolence rare (5/7 à 3 points), l’intensité défensive fait très mal aux Palois, et le score enfle de façon assez incroyable. Le QT1 se termine sur des chiffres absolument incroyables : + 32 d’écart, 51 à -6 d’éval ! Une seule faute de commise (ça par contre c’est chelou)… Bref on n’a pas les mots, mais on kiffe ! Attention au relâchement derrière ! (6-38)

Évidemment le QT2 part sur des bases bien moins élevées. C’est même les Palois qui se remettent à l’endroit, avec une grosse défense. Les arbitres ne sifflent plus rien, et Maitre Sasa prend un temps mort alors que les verts et blancs viennent de passer un 12-3 assez improbable, mais somme toute logique (18-41). Les débats vont ensuite s’équilibrer, chaque équipe se rendant coup pour coup. À ce petit jeu, l’adresse à 3 points des Monégasques va rester en mode « high level » (11/16), grâce notamment à un jeu collectif qui fait extrêmement plaisir à voir (15 passes décisives). Et l’écart se stabilise (28-58 puis 35-62 à la mi-temps).

À la pause, les hommes de Maitre Sasa font le taf, au plus-que-parfait. Le jeu collectif est en mode régalade (18 passes), la domination au rebond est sans partage (20 à 14), et l’adresse est énorme, avec plus de 3 points tentés (et réussites) que de 2 points. Au milieu de tout cela, notons l’excellente prestation « all around » de Paul Lacombe, en mode « je vous mets la misère », avec des chiffres sur les bases d’un triple double (5 points, 6 rebonds et 4 passes décisives).

Maitre Sasa repart en QT3 avec quasiment le même 5 majeurs, à savoir Dee Bost, Paul Lacombe, Kim Tillie et Éric Buckner. Seul Yakuba Ouatarra prend la place d’Anthony Clemmons. Le Yak et Kim Tillie, toujours au four et au moulin, continuent de faire tourner la baraque, tandis que Chuck Norris fait monter les stats depuis la piscine municipale d’Orthez (41-71). Sauf qu’après ce panier, la lumière s’est éteinte, à tous les étages. Plus de jeu collectif, plus de rebond, plus d’intensité… L’Élan colle un 13-0 qui fait monter quelques sueurs froides aux supporteurs monégasques, et le cardio de maitre Sasa vire à 234 pulsations minute. Will Yeguete mettra fin à la disette offensive, et un BINGO de Chuck Norris fera basculer le score à nouveau au-dessus des 20 unités (57-79). Le QT3 se terminera avec 19 points d’avance,

Alors que l’on craignait le début du money Time, Paul Lacombe vient allumer la clim à Pau, avec un 3pt dans le corner, suivi de sa spéciale ligne de fond (62-86). Déjà 5 joueurs monégasques à 10 points et plus, et tout le monde a marqué au moins 6 points, sauf Clemmons, qui bulle. Le gros départ des Monégasques va tuer le peu de résistance qui restait chez les Béarnais. Les fautes s’enchainent, c’est plus trop joli à voir, mais c’est bien normal, on est en mode « garbage time ». Désormais, la seule question que tout le monde se pose est : qui va marquer le 100e point coté monégasque, et payer la traditionnelle tournée de vin chaud au marché de Noël dès leur retour en Principauté (71-91). Landing continue de planter depuis la Poste de Lacq, Clemmons ouvre son compteur avec trois lancers francs, et c’est enfin Éric Buckner, d’une claquette dunk, qui mets la main sur le tonneau de vin chaud, pour le troisième match à 100 points et plus de la Roca Team cette saison, au prix d’une prestation collective extrêmement convaincante.

Les notes, en bref…

L’homme du match : Le collectif Monégasque : Voilà un choix qui a été très très compliqué à faire. Il suffit de jeter un coup d’œil à la feuille de stats ci-après pour se rendre compte combien le choix est cornélien. La LNB a désigné Norris Cole, meilleure évaluation coté monégasque, meilleur marqueur, et meilleur passeur. Mais aussi meilleur aux balles perdues, et son +/- de seulement 4, quand tu finis avec 25 points d’avance, est vraiment pas folichon. Du coup, bémol. On a aussi pensé à Kim Tillie, dont le coup de chaud d’entrée a donné le ton de la rencontre, qui réalise là son meilleur match en rouge et blanc, second au scoring, aux rebonds et à l’évaluation. Et aucune balle perdue. Et enfin, nous avons Paul Lacombe, décisif en début du QT4 pour éteindre définitivement les velléités adverses, qui a noirci la feuille comme lui seul sait le faire, dans les temps à la mi-temps pour un triple double, et qui termine avec, et de loin, le meilleur +/- du match, preuve s’il en est que son apport sur le parquet va au-delà d’une simple ligne de statistique déjà bien ronflante.

Bref, dans un match où la performance collective a été très au point, avec tous les joueurs à 7 points ou plus (sauf Clemmons), une réussite de folie et un parfait contrôle du rebond, difficile de faire autre chose que de saluer et de récompenser le collectif dans son ensemble.

Capture d’écran 2019-12-07 à 23.08.22

Le « chimichanga alerte » : Le coup de chaud de Kim Tillie : Le match vient tout juste de commencer. Paul Lacombe a déposé un lay up soyeux pour ouvrir le score, mais un qui est déjà chaud comme un four à socca, c’est bien Kim Tillie. Déjà auteur d’un rebond offensif sur l’action du premier panier, il récidive à nouveau l’action suivante, qui aboutira dans ses mains, pour un premier panier depuis l’hippodrome du Pont-Long. Il ne relâchera pas la pression, et deux autres filoches vont suivre, permettant de créer très rapidement un premier écart, qui sera finalement décisif.

Bref, la suite sera du même acabit, et c’est clairement son meilleur match sous le maillot monégasque.

Le « pas top » du jour : Anthony Clemmons : Alors que l’ensemble de ses coéquipiers s’est régalé offensivement (tout le monde à 7 points et plus), il est seul à être resté à quai. Discret, au possible, parfois complètement effacé, nous avons d’abord pensé à un problème physique, mais son temps de jeu est resté dans ses standards. Le problème est donc ailleurs. Mais un seul shoot pour lui, et trois petits points venus sur trois lancers un peu cadeau en fin de rencontre, c’est assez étrange.

Bref, on espère que ce n’est qu’une crise de méforme passagère, comme tous les joueurs vont en connaitre au cours de la saison.

Le chiffre à retenir : 17/28 : C’est la stat générale au shoot à trois points. Soit 60 % de réussite, ce qui est assez exceptionnel. Et quand on voit le 48 % à 2pts, on comprend mieux pourquoi l’équipe dans sa globalité a shooté autant depuis l’extérieur de la salle, que dans la raquette. Cette réussite est due principalement à un facteur : les 25 passes décisives. Quand la gonfle vit, quand le ballon circule, c’est plus facile de trouver des shoots ouverts, et donc de faire grimper le pourcentage de réussite au tir.

Bref, cette réussite au tir de loin est aussi un des symboles de ce collectif au plus que parfait ce soir.

On se retrouve très vite

N’hésitez pas à partager cet article à toutes ces personnes à qui vous voulez du bien, afin de leur montrer qu’en Principauté, les équipes professionnelles aux frontières du réel ont toujours la cote (enfin sauf quand elles jouent avec et comme des pieds) !

Et si vous voulez être vraiment au top de ce qui se fait de mieux sur les réseaux sociaux, followez (c’est comme ça qu’on dit dans le jargon) notre compte Twitter, ou notre compte Instagram, seuls endroits où vous trouverez toutes les infos trépidantes sur la Roca Team, et bien plus encore !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s