Châlons-Monaco : des bulles et du champagne !

Pour ce déplacement de milieu de fin de semaine d’un championnat au calendrier extrêmement illisible, la Roca Team se rend à Châlons pour le choc champagne de cette journée. Pour débuter la rencontre, Maitre Sasa s’est voulu aussi « champagne », avec Dee Bost à la mène, Clemmons en arrière, Lacombe sur les ailes et Kim Tillie et Buckner à l’intérieur.

Composition fort classique donc, et qui démarre fort, puisque dès les premières secondes de jeu, Clemmons plante une banderille de loin. Les Monégasques restent le pied au plancher, et après 2 min 30 s, le score est déjà de 10-2 pour la Roca Team, Buckner et Tillie emboitant le pas de Clemmons au scoring. Cependant, cette embellie sera de courte durée, car le cercle châlonnais va mystérieusement se rétrécir, et les Monégasques ne vont plus rien marquer pendant 3 minutes, laissant les joueurs de champagne revenir petit à petit, avant que Cole, d’un 3 points, et Will Yeguete d’un hook saucisse signature, ne remettent les choses en place (9-15). La fin du QT1 se résume à un concours de lancers francs, hormis un « corner » de Yakuba Ouattara, lancers plus ou moins réussis par Dee Bost, Norris Cole ou Will Yeguete, et Monaco termine avec une petite avance, sans vraiment trop forcer en fait. (14-22)

Ce sont les arbitres qui rentrent le mieux dans ce début du QT2. Marché, antisportive, faute offensive, toute la panoplie y passe en 3 minutes, et les champomistes en profitent pour grignoter un peu de leur retard (20-25) le match s’installe alors dans un faux rythme qui endort totalement les monégasques. Et à 4 min de la mi-temps, c’est les champomistes qui mettent le nez devant pour la première fois de la partie (32-31). Mais Will Yeguete, qui surfe sur une belle semaine, fait un véritable chantier dessous, et permet aux Monégasques de repasser devant (32-34). Chuck Norris Cole va ensuite prendre le relai, et malgré l’adresse de loin des champomistes, le double champion NBA laisse les locaux derrière grâce à 6 points d’affilée. (37-40). Un autre gros shoot, mais cette fois de Dee Bost, et deux lancers pour Châlons, et la mi-temps se clôture avec un petit avantage pour les Monégasques. (39-43)

La seconde mi-temps débute avec Cole et Bost à l’arrière, Paul Lacombe sur les ailes, Tillie et Yeguete à l’intérieur. Ce dernier continue son chantier, mais comme les monégasques sont incapables de contenir les champomistes, et notamment Yanis Morin, le score est toujours aussi serré (48-50). Yakuba Ouattara prend ensuite le relai, et score 3 missiles longue portée depuis les vignes de l’autre côté du département. Sauf que la défense est complètement à l’ouest, plus ouverte qu’un bordel à la frontière belge en période de soldes, et Châlons passe devant, et creuse même un petit écart (66-61). Mais ce match est un match de séries. Cole en première MT, Ouattara, tout à l’heure, c’est maintenant Clemmons qui se met en valeur, et fait passer Monaco à nouveau devant (66-69). Une dernière bombe champomiste, une dernière possession ratée par Norris Cole, et le score est à égalité (69-69). Monaco a encaissé 30 points dans ce QT3.

Mais les monégasques vont hausser grandement le ton en défense en début de QT4. En attaque, la gonfle circule quand même pas mal, très peu de balles perdues au compteur, et du coup, l’écart remonte, chacun y mettant son écho, que ce soit le Yak, Paul, Will, et même Landing Sané depuis le parking. Tout le monde marque, et la Roca Team respire (73-80 puis 78-91). La fin ne sera en fait qu’une formalité. Après un QT3 assez migraineux, le money time sera parfaitement géré. Dee Bost va assurer aux lancers francs, et Anthony Clemmons scorera même au buzzer le 100e point des monégasques, qui franchissent cette barre pour la seconde fois de la saison (89-100).

Dans un match que les chalonnais ont voulu rendre super offensif, face à une équipe qui nous a largement dominés aux rebonds, les monégasques ont répondu sans grand panache, mais avec sérieux, ne perdant au final que 3 pauvres ballons (pour 0 interception adverse), et envoyant 19 passes décisives. Le ratio est peut-être le meilleur de ce début de saison. Individuellement, Will Yeguete a poursuivi son chantier entamé face à Nanterre, avec là encore un quasi double double, et Norris Cole a fait parler la poudre, gros scoring, et lui aussi un quasi double double. Dernier point important : tout le monde a marqué, y compris ceux qui n’avaient pas trop le compas dans l’oeil ce soir, tel que Buckner ou Lacombe.

Une réflexion au sujet de « Châlons-Monaco : des bulles et du champagne ! »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s